Roman
Mentions légales l Qui sommes nous l Contact l Remerciements    Copyright © Tous droits réservés Home Home

L’intrigue, dans un cadre historique et sur une base biographique,  commence à l’adolescence de ces fils d’émigrés qui s’insèrent petit à petit dans le Paris de la Belle Epoque. Entre Montmartre,  le Quartier Latin et Sucy en Brie, la villégiature de la famille Halévy ; se construit aussi l’histoire romantique de deux gamins des rues auxquels les frères La Gandara décident de porter assistance.


Tout au long de cette nouvelle, on croise les grands témoins de cette période dans les salons parisiens, à Versailles (Robert de Montesquiou, Colette, Madeleine Lemaire, Geneviève Straus, Johannès Gravier…) et l’on voit monter la gloire qui caresse le peintre dès sa sortie des Beaux-arts.


Jean Dara lève pudiquement un coin du voile sur son attirance pour les hommes et sur son frère, peintre mondain et grand séducteur. Il nous fait partager le dilemme de l’artiste, balloté entre sa vie de famille, son métier et ses obligations mondaines.  L’auteur, en s’intéressant à Manuel, le sculpteur animalier cadet de la fratrie, révèle également le côté mystique de cette époque où les cartomanciennes, les tables tournantes et les cercles maçonniques coexistaient avec le dandysme du Paris des années 1900.


Une trilogie d’artistes aux destinées diverses. L’un dans l’ombre du théâtre derrière la Divine, l’autre en quête de spiritualité dans l’entourage de Rodin, enfin Antonio en pleine lumière et vénéré par ses cadets.


L’ouvrage, édité par les éditions L’Harmattan, est disponible en librairies. Il est aussi possible d’en faire l’acquisition auprès des Amis d’Antonio de La Gandara en suivant ce lien.


Intrigues parisiennes de la Belle Epoque

Le drame d’Antonio de La Gandara


Roman écrit par Jean Dara (252 pages)

Editions L’Harmattan ISBN: 978-2-343-09966-8



L’artiste était aux cimaises des musées et il avait sa monographie de son vivant


En 2011, il eut sa première biographie et aujourd’hui, un roman lui est consacré


Jean Dara, pseudonyme - entre autres - d’Edouard de La Gandara, comédien auprès de la grande Sarah Bernhardt, a pris la plume pour faire revivre ses frères